Cart 0
X

Total

0,00

 

Votre panier est vide.

1843

Leafing through the history of the Bibent means going through the history of Toulouse for over a century and half. Even if his date of birth has remained controversial and mysterious for a long time; it is almost certain that Le Bibent has been present at number 5 of the Place du Capitole since 1843 (Archives de Toulouse), date of its creation by Jean-Catherine Bibent, who passed it on to her son Narcisse-Léon from 1870.

Close to 180 years
of history at the Capitole

1861

It is a wonderful brewery mixing baroque and art nouveau which opens its doors in 1861. The owners of the café brought in from Paris the representative of Loin, the owner of the patent for the compressed air machine system. This innovation was born at the Bibent and made the establishment the first of the Toulouse cafés to offer beer under pressure in 1861.


The first café in Toulouse to offer beer under pressure. The origin of the brewery

On the place of
Capitole in 1862... During the morning, there is
an important market.

In the 1860s, the Place du Capitole offers an interesting, varied and lively aspect at any time of the day. During the morning, there is an important market : gardening, fruits, poultry, fish are sold there; in the afternoon and evening, it is the meeting of a still considerable crowd of walkers and strollers ; it is then the Palais-Royal and the Boulevard des Italiens from Toulouse.

1887

It was on the terrace of the Bibent that Jean Jaurès himself, then a city councillor and deputy mayor, wrote his first articles for “La Dépêche”.

1887
Articles by Jean Jaurès
1907

The Toulouse cinema has a very rich history, the first cinematographs invade the pink city, the American Cosmographe and Le Bibent screen every night art and essay films.

1907
The first cinematographs
1919

At the end of the first war, the American students landed in Toulouse and took their quarters to the faculty. The university newspaper "What is it?" was born in English and became the city guide for English-speaking students. The Bibent is regularly featured in the «Café Chats» culinary chronicles.

1919
The arrival of American students

From the Belle Époque
to the Roaring Twenties

Whether it’s a flower festival, a angling contest or a parade to the glory of Toulouse, Le Bibent is always at the forefront of Toulouse’s festivities.
1944 16 septembre 1944 General de Gaulle releases Toulouse

An impressive crowd of tens of thousands cheers General de Gaulle on Place du Capitole when he delivers his speech on the balcony of the Town Hall: " Toulouse, Toulouse libre, Toulouse fière, fière parce qu'elle est libre et fière parce qu'au milieu de toutes les larmes, de toutes les angoisses, de toutes les espérances qu‘elle a traversé, jamais Toulouse n'a cru que la France était perdue, jamais Toulouse n'a renoncé ni à la grandeur du pays, ni à sa victoire, ni à la liberté des hommes, ni à celle des Français et des Françaises...".

1967

Les jeudis
du bibent

Les Jeudis du Bibent animent la ville jusqu’à la fin des années 1970…
À la pointe de l’innovation et du progrès, le Bibent demeurait un endroit essentiel de la vie culturelle et politique toulousaine. Avec son décor de stucs peints de style Napoléon III, le café Le Bibent était jusqu’à la fin des années 1970 une espèce de Café de Flore du Midi.

1967, le Capitole enneigé Le Bibent sous la houlette du célèbre photographe Jean Dieuzaide.

Se retrouvait alors aux Jeudis du Bibent, la fine fleur de l’intelligentsia toulousaine. Les peintres Jean-Emile Jaurès, Carlos Pradal, Christian Schmidt, qui fut le premier directeur du Centre culturel municipal, Pierre Igon, Robert Thon, Kablat, sa fille Maryse, Georges Artémoff ; les animateurs de la vie culturelle toulousaine, Michel Roquebert, Henry Lhong, qui quatre ans auparavant avait fondé avec Robert Aribaut et Charles-Pierre Bru le Salon «Art Présent». Et encore Denis Milhau, alors conservateur du Musée des Augustins, et bien d’autres.

Déjà en 1881, Jean Constans, député de la Haute-Garonne, puis ministre de l’Intérieur, y tenait réunion.

Plus proche de nous, beaucoup se souviennent des soirées électorales et des états-majors politiques de Dominique Baudis y attendant fiévreusement les résultats des urnes, à peine à quelques dizaines de mètres du Capitole.

Le Bibent, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1975.

Au milieu des années 1970, le propriétaire de l’époque, Émile Lapoujade, envisage une rénovation totale du café dans le but de le moderniser. Adieu le décor Second Empire, stucs, cariatides, guirlandes de fleurs et masques grimaçants… Une forte mobilisation locale parvient cependant à sauver l’œuvre de l’architecte J-P Virebent grâce à un arrêté de classement à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, datant du 29 octobre 1975. Néanmoins, une restauration de 1979 en a détruit la couleur originelle.

Le café est agrandi sur trois niveaux. Devenu brasserie, une nouvelle clientèle remplace les étudiants et les artistes. En même temps que son âme, le café perd peu à peu de son attrait.

1986
2011

Un nouvel horizon étoilé

En 1999, Martine et Thierry Oldak achètent les murs du Bibent avec pour objectif de rendre l’éclat d’antan à la plus célèbre des brasseries de la Place du Capitole. En 2009, l'homme d'affaire s’entoure d’Axel Letellier, architecte du patrimoine, et de Christian Constant, chef étoilé. Durant douze mois de travaux, la rénovation menée par l’agence d’architecture et la décoratrice Béatrice Gayral a permis de retrouver les couleurs d’origine ; le vert, le rouge et l’or. Les miroirs et les lustres Murano ont été conservés, pour un coup de jeune respectueux tant au niveau de l’art que de l’esprit du plus vieux des cafés toulousains, et certainement l’un des plus anciens de France.

Le Bibent retrouve alors son décor Belle Époque et réouvre ses portes en juin 2011.

“C’est un retour aux sources pour moi. J’ai envie de faire revivre le Bibent. C’est un lieu magique, tout comme la place du Capitole l’est à Toulouse… Je vais faire une carte travaillée avec des produits du terroir, des plats simples, gastronomiques, de qualité et pas chers, comme la tête de veau ou le cassoulet ! Je veux que les Toulousains qui ont envie de sortir et de bien manger reviennent au Bibent”, s’enthousiasmait alors Christian Constant, aux commandes des cuisines de la brasserie.

Une cuisine bistronomique conjuguant
tradition et modernité...
2019
En 2019, le chef Yann Ghazal rejoint les cuisines de la plus célèbre brasserie du Capitole où il acquiert le savoir-faire et les recettes ancestrales de Christian Constant tout en y apportant son expérience et sa touche. Une nouvelle ère culinaire s'ouvre !
Propriétaire de l’établissement depuis plus de 20ans, Thierry Oldak a à cœur de perpétuer l’âme des lieux et de toujours régaler sa clientèle aux moyens d’une cuisine traditionnelle, savoureuse alliée à une pointe de modernité et d’un service exigeant.

« Ici, le temps ralentit, on reprend goût au partage, au bien-vivre, au bien-manger et au bien-boire, signification de Bibent en Occitan. »

By entering your email address, you agree to receive our newsletters and you read our Privacy Policy. You can unsubscribe at any time using the unsubscribe links.

La plus ancienne brasserie de la ville vous accueille pour les fêtes de fin d’année.

Découvrir les menus

Réservez votre table par email en écrivant à events@lebibent.com
Nous vous rappelons pour confirmer votre réservation.

By continuing with your navigation on this site, you accept our use of cookies in order to optimize the quality of our service. Know more.